texte

Je veux jouer moi aussi

Publié le Mis à jour le

Bonjour à tous, aujourd’hui un texte sur le thème donné par Marie Laure, que je remercie au passage 😉 : « je veux jouer moi aussi ».

Au-delà des espérances et du temps, il ondule dans les tourments de l’océan. Bercé par le silence des fonds marins il passe d’un courant à un autre avec une aisance remarquable. Un coup de nageoire puissant suffit à le propulser à quelques mètres au dessus de la surface, se tordant comme un gymnaste dans les airs. Accompagné de ses congénères, il glisse, nage, s’envole pour le plus grand plaisir de ses sens fraîchement éveillés.

Quelques heures auparavant il était encore dans le ventre de sa mère, prêt à vivre une aventure qu’il n’imaginait pas : la vie. Né dans l’eau le petit marsouin goûtait pour la première fois à l’air piquant de l’extérieur, gonflant ses poumons dans un souffle long et rauque. Maintenant à l’aise avec le mécanisme automatique de la respiration il s’en amuse, crachotant écume salée par son évent, il replonge farfouillant le sable à la recherche d’une nourriture plus gastronomique que le lait maternel dont il ne supporte plus le goût.  Les remous que provoque sa chasse diminuent grandement sa perception visuelle. Pas encore à l’aise avec son sonar il se retrouve nez à nez avec un animal qu’il n’a pas encore eu le loisir de rencontrer.

Le crabe toutes pinces dehors, habitué de ces mammifères mangeurs de crustacés défend sa vie tant bien que mal, tentant la fuite par le côté il claque ses tenailles en direction de son prédateur qui lui, semble plus amusé qu’affamé. D’un naturel joueur il le provoque du bout de son rostre qui semble sourire. Pas rassuré, le tourteau dans une cabriole improbable se met sur le dos, toutes pattes recroquevillées dans l’espoir de passer pour un rocher quelconque. Le marsouin pas dupe le retourne d’un simple coup de nageoire, croque délicatement ses pinces pour ne pas en subir le châtiment, embarque le pauvre crustacé dans une dernière et funeste balade. Accélérant de toutes ses forces en direction de la surface, bravant les algues râpeuses, dépassant ses semblables qui espéraient démarrer une course chevronnée, il déverrouille sa mâchoire et fait s’envoler le crabe bien au dessus des vagues. Le crustacé hors de l’eau fixe une dernière fois le soleil, profitant des embruns iodés de cet océan agité. Après l’élévation la chute en direction du mammifère prêt à déguster son mets favoris, il ferme ses yeux à facettes et s’endort définitivement, bon perdant de cet ultime jeu.

dAK9YySQWlZjBceOtok6Kzl72eJkfbmt4t8yenImKBXEejxNn4ZJNZ2ss5Ku7Cxt

 

Errance

Publié le Mis à jour le

Bonjour à tous, aujourd’hui un texte inspiré d’un son, le bruit de pas sur des pavés. Bonne lecture.

La pluie bat à tout rompre. Lasse de battre le pavé depuis des heures les gouttes se mêlent à mes larmes. J’avance nonchalamment vers un avenir incertain, ne sachant où aller. La route guide mes pas qui n’ont la force d’avancer que par le froid qui gelait mes entrailles.

Tout mon corps tremble par les soubresauts des sanglots qui m’envahissent. Je rassemble mes dernières forces pour courir droit devant moi, chaque pas, chaque effort laissant entrer un air glacial à l’intérieur de mes poumons. Peu habitués à ce rythme mes jambes me brulent, mon corps ne répond plus comme je le veux et la chute, inévitable, me fait perdre connaissance dans un bruit sec de ma tête sur le sol.

Je me relève tant bien que mal ne sentant plus la douleur me tourmenter, le choc doit couvrir mes maux. Les nuages semblent doucement s’effacer pour laisser place à quelques éclaircies qui ne parviennent pas à me réchauffer. Je continue ma route croisant femmes et hommes qui s’efforcent de ne pas croiser mon regard de peur que je leur demande de l’aide. J’avance comme j’ai toujours avancé dans la vie, pas à pas, lentement, sans prétention aucune. N’imaginant plus à quel point de simples choses puissent apporter un bonheur sans failles. Un jeune homme scrute mon passage d’un regard insistant avant de m’adresser la parole : « Pourquoi es-tu triste mademoiselle ? ». Ma timidité habituelle et l’habitude des tentatives de drague ennuyeuse, je ne prends pas la peine de répondre. Pourtant il insiste. « Tu t’es perdue ? Je peux t’aider à passer si tu veux. » Ma curiosité piquée au vif me force à répondre.

– Passer ? Mais pour aller où ?

– A travers tout ça, cette épreuve que tu subis. Depuis combien de temps es-tu dans cet état-là ?

– Des jours et des semaines, plus rien ne me retient de là où je viens, je veux juste partir, avancer sans me retourner.

– Tu dois accepter ta condition, ne plus penser à ta vie d’avant mais avancer vers le futur.

– C’est facile à dire, toi t’es là tranquille, tes fesses poser sur ton banc toute la journée.

– Je comprends ta douleur, viens avec moi, tu comprendras…

Le jeune homme me prend la main et m’emmène presque de force vers l’endroit d’où je venais. Le soleil pointe le bout de ses rayons et des morceaux de ciel bleu se laissent entrapercevoir. Je ne ressens pas la douceur de l’air, mes pensées sont tournées vers cet inconnu qui m’entraine. Il s’arrête et pointe du doigt une masse gisante sur le sol. Hésitante, il me fait signe d’avancer, me disant que ça va m’aider à comprendre, à prendre du recul sur ma condition. Je l’obéis, sans comprendre pourquoi, je suis les élucubrations de cette personne rencontrée quelques minutes plus tôt. Lentement je me rapproche de la masse inerte, je sens le stress monter mais mon cœur ne bat pas l’habituelle chamade que je connais. Puis soudain je la reconnais, cette forme que je jugeais hideuse, cette chose que je réfutais depuis des années gisait là sans vie. Mon corps… Et là je compris que tout est fini, tout du moins dans cette vie. Je me retournai vers le jeune homme et pour la première fois depuis des années je m’autorisai un sourire.

pt44617.1254702.w430

Les roses de Paris

Publié le Mis à jour le

Bonjour, aujourd’hui un texte improvisé dont le thème a été soufflé par Corinne sur ma page Facebook. Ecrit ce dimanche, durée d’écriture 15 mins. Bonne lecture 🙂 

Ça y est c’est presque l’heure. Cela fait trois semaines que j’attends impatiemment ce rendez vous galant. Je m’étais inscrit sur un site de rencontre afin de trouver l’âme sœur. Sa photo, nos discussions sur le net, tout était fait pour que ces retrouvailles face à face se passent parfaitement bien.

Toujours à l’avance, j’erre place du tertre à Montmartre. Marchant lentement sur les pavés qui me tordent les chevilles, j’observe les caricaturistes massacrer les visages des touristes sur un papier jauni par le temps. Le fusain à la main ils tracent les courbes d’un geste précis, sourire sur les lèvres sachant qu’ils vont empocher une rondelette somme pour quelques minutes de travail. Je m’attarde sur les enseignes qui me rappellent la période où j’étais étudiant. Je venais régulièrement avec mes amis pour profiter de cette place si mythique des clichés parisiens. Mais aujourd’hui, je vais la rencontrer, au coin de la rue Norvins une table nous attend.

Elle est là, assise avec un Perrier citron, rondelle, pas sirop. Je sens ce frisson sur ma colonne vertébrale qui me tétanise autant qu’il m’excite. Elle me voit et sourit. Je vais à sa rencontre, premier contact avec sa peau, joue contre joue, elle sent bon. Nous entamons diverses conversations banales, sur la géographie du lieu, son côté pittoresque mais nous sommes interrompus par un jeune homme à la peau chocolat nous demandant si nous souhaitions des roses. D’une seule voix nous refusons poliment. Elle plonge ses yeux dans les miens, ravi de cette heureuse coïncidence je rougis.

Après l’apéro nous commandons notre repas, des moules frites pour moi et une entrecôte maitre d’hôtel saignante pour elle. Vient le choix crucial du vin, n’y connaissant absolument rien je lance un regard d’alerte au serveur qui comprend de suite mon désarroi en nous proposant deux trois noms de domaines qui semblent alléchants à l’oreille. Nous remerciant de notre choix, le garçon nous quitte avec un sourire complice. Aussitôt parti il est remplacé par un autre au teint mat, un énorme bouquet à la main et à l’air bien moins sympathique que son prédécesseur il nous hèle de son fameux « vous voulez des roses ? » sans même nous regarder. Agacé d’être coupé dans mon échange de regard d’avec ma prétendante je lui réponds d’un « non » sec et efficace qui le fait partir nonchalamment, un haussement d’épaule en guise d’au revoir.  Plus tard lors de la commande des desserts, un troisième « rosiste », terme emprunté à l’imagination d’un ami, vient nous proposer ses pétales. Le serveur toujours aussi complice demande au vendeur de s’éloigner, que ses collègues sont déjà passés quelques fois et que ça commence à incommoder les clients.  La discussion tourne au vinaigre et ils en viennent aux insultes virulentes à l’orée de notre table. Je décide d’agir d’une manière complètement sanguine. « Non mais tu vois pas que tu nous casses les couilles là ? On n’en a rien à foutre de tes roses de merde à deux balles. Tu vas gentiment descendre de la Butte et te les foutres bien profond dans le fondement… ».  Je regrettais immédiatement ces paroles. Pas pour le serveur qui était hilare, ni pour le rosiste qui se décide finalement à partir mais pour Emilie dont je n’osais pas croiser le regard.

Finalement, calmé, j’ose relever la tête vers elle, elle me sourit en me prenant la main. Rassurés, nous continuons notre discussion passionnante sur nos vies, nos aspirations, nos passions. « Et toi tu fais quoi dans la vie ? » lançais je. Dévoilant son plus beau sourire, yeux dans les yeux elle me répond : fleuriste.

503590322

deux âmes

Publié le Mis à jour le

Bonjour à tous, aujourd’hui vous allez lire un texte qui a été écrit au fameux café de Montpellier. Un texte improvisé au coin d’une table.

Elles errent sans fin dans un monde brumeux devenu illusion. Entraînées par les tourbillons de la passion elles sont à jamais rassemblées dans une même éternité. Enivrées par le parfum de leur Amour, elles ne se cherchent plus ne se toisent plus du regard, elles sont tout simplement dans leur univers à elles sans barrières, sans frontières.

​Un frôlement. Ce n’est pas possible se disent-elles. Depuis le départ de leur prison de chair elles se sont senties seules, seules mais ensembles. Ce sentiment se dissipe au fur et à mesure qu’elles avancent vers l’inconnu. Leur bonheur semble soudain  perturbé par un élément dont elles ne comprennent pas l’arrivée. Ces deux âmes enfin réunies dont le destin n’avait promis aucune grande vie sur terre, espéraient pouvoir vivre leur amour loin des frontières de la chair dans ce nouveau monde plein de promesses. Les voilà encore face à une barrière dressée par cette  maudite fortune, jamais elles ne seront tranquilles même au travers des portes de l’au-delà. Le malaise se fait pressant la première se sent agrippée puis tirée lentement vers le bas. Elle ne veut pas, elle est si bien avec son âme sœur, avec l’amour de sa vie et aussi de sa mort. Elle s’accroche tant qu’elle peut au regard de son double sans pouvoir retenir sa douce descente. L’autre continue son ascension vers la lumière céleste et voit sa moitié s’éloigner. Malheureuse de perdre à nouveau l’être qu’elle aime par-dessus tout, elle crie  son désespoir tant elle se sent déchirée par la disparition de son grand Amour. Elle monte, traversant les tourbillons de lumière aux teintes orangées. Une vague de chaleur l’envahit mais ne suffit ni à la calmer ni à la rassurer. Dans ce nouveau monde elle vient d’abandonner encore une fois son unique raison de vivre.

​La chute se fait de plus en plus rapide, elle voit sa moitié disparaître dans un halo de lumière. Un choc violent cogne dans sa poitrine, comme si elle sentait à nouveau son ancien corps. Elle perçoit des voix lointaines mais distinctes : « nous l’avons récupéré docteur, son état est à nouveau stable ». Et l’âme retourne dans son corps meurtri de douleurs… Si seule.